Le guide de votre bien-être à domicile

Tensiomètre

Actualités

Accidents vasculaires cérébraux : des traitements améliorés

Selon les données statistiques, 140 000 français souffrent chaque année d’AVC ou accidents vasculaires cérébraux. En tant que première cause de handicap chez l’adulte et troisième cause de mortalité, le traitement des AVC a été largement modernisé.

Des unités spécialisées dans les hôpitaux

En termes de prise en charge, les victimes d’AVC peuvent miser sur les centaines d’unité neurovasculaires ou UNV qui existent actuellement dans les CHU et les autres établissements sanitaires. De plus, le gouvernement projette la création de 40 autres UNV jusqu’en 2014. Concrètement parlant, ces unités neurovasculaires sont des unités de soins d’urgence spécialisées et spécifiquement structurées dans le traitement des pathologies neurovasculaires. Sous la direction d’un neurologue, les UNV prennent en charge tout le traitement et la rééducation indispensable en cas d’AVC. Parmi les initiateurs du programme, Xavier Leclerc confirme : « Leur mise en place a permis de réduire à la fois la mortalité et la morbidité. Les séquelles consécutives à un AVC ont ainsi diminué de 30 % ».

AVC : une médication ciblée

Pour réduire les dommages liés aux accidents vasculaires cérébraux, Xavier Leclerc insiste sur le fait que « L’AVC est une urgence absolue. De ce fait, le délai entre les premiers symptômes et l’appel au 15 doit être réduit au minimum ». Il est donc indispensable d’utiliser un médicament thrombolytique en intraveineuse dans les 4 heures 30 qui suivent la survenue de l’AVC afin de pour dissoudre le caillot formé. De son côté, François Chollet confirme que « la recherche sur de nouveaux médicaments thrombolytiques pourrait permettre de réduire les complications liées à l’utilisation de ces substances et peut-être d’élargir encore leur fenêtre de prescription ».
Une meilleure prévention des récidives

Chez un patient sujet aux AVC, le risque de récidive est estimé à 30% dans les cinq années qui suivent le premier AVC. Pour réduire ce taux, les spécialistes préconisent l’utilisation d’un tensiomètre pour prévenir l’hypertension. Un traitement anti thrombotique et un meilleur contrôle des risques vasculaires comme l’obésité, la sédentarité et le tabagisme sont également indispensables.